Queens Yoga

Développe ta souveraineté !

Yoga – Nutrition – Santé environnementale – Soin énergétique

Qu’est ce que le Yoga Hormonal ?

Le terme Yoga Hormonal est une expression encore trop peu connue et peu répandue. J’en parlerai volontiers comme d’un angle de vue particulier sur le yoga. Les pratiques du yoga, de manière générale, ont une influence sur notre physiologie et notre psychisme. Le yoga a une influence sur notre système endocrinien aussi appelé système hormonal. Quand on vient à parler de Yoga Hormonal, c’est simplement que l’on va mettre l’accent sur cette influence. Le Yoga Hormonal va regrouper, voir combiner des techniques de yoga dont ont a pu constater l’influence sur le système endocrinien.

On pourrait aussi parler de yoga neuro-endocrino pour être plus exhaustif, car cette pratique a à la fois des effets régulateurs sur le système endocrinien (les hormones) et sur le système nerveux (neurotransmetteurs).

Au niveau international, ce yoga particulier a peu à peu été formulé et enseigné comme une spécialité ou une pratique à part entière. On peut cité le travail de Dinah Rodrigues (Brésil) et celui de Gustavo Ponce (Chili). La première s’est consacrée depuis près de 30 ans à élaborer une pratique tenant compte des spécificités physiologiques féminines, puis à formuler une pratique pour les hommes et une autre en aide aux diabétiques. La pratique de Yoga Hormonal de Dinah Rodrigues est axée sur le boost des hormones et se classe dans les Yogas Thérapeutiques, c’est à dire qu’il est particulièrement recommandé dans des cas spécifiques, par ailleurs très efficace il a des contre-indications. Quant à Gustavo Ponce, également yogi de longue date, il a ouvert récemment une école pour former des enseignants à son approche du Yoga Hormonal, sa pratique est plus axée sur un équilibre des hormones, il s’adresse aux femmes comme aux hommes.

Après un bagage de plusieurs années de pratique de Hatha et d’enseignement du Kundalini, j’ai été formée auprès de Dinah Rodrigues à sa spécialité. Je propose maintenant 2 types de pratique: le Kundalini Yoga (lui-même basé sur l’équilibrage du système endocrinien et nerveux et bien plus encore) et le Yoga Hormonal Thérapeutique (de Dinah Rodrigues) spécifique quand il s’avère judicieux.

Revenons d’abord aux hormones !

1 – Le système endocrinien ou système des hormones

Ce système regroupe les différentes glandes du corps humain qui produisent les hormones. A savoir : les Surrénales, les Ovaires chez la femme et les Testicules chez l’homme, le Pancréas, le Thymus, la Thyroïde, l’Hypophyse et la Pinéale. Ces glandes produisent des hormones plus ou moins connues telles que le Cortisol, les Œstrogènes, la Testostérone, l’Insuline, la Thyroxine, l’Hormone de croissance, la Sérotonine …. Les Hormones sont essentielles au bon fonctionnement du corps humain, elles jouent le rôle de messager et de régulateur d’un certain nombre de fonctions du corps. Par exemple, elles sont indispensables pour l’équilibre sommeil/activité, la régulation de la température du corps, la qualité de l’immunité, la régulation du taux de sucre dans le sang, la reproduction, la vitalité, …

2 – Comment le yoga hormonal agit-il ?

Ce qui suit n’engage que moi, c’est le résultat de mon expérience et des recherches et liens que j’ai pu faire entre physiologie et énergétique. Ceci est valable que l’on pratique le yoga hormonal soit pour équilibrer soit pour booster nos hormones.

Le premier mode d’action direct est mécanique. Si vous imaginez qu’une glande telle qu’une surrénale ou un ovaire, une thyroïde ou bien encore un pancréas comme une « éponge ». Suivant la posture dans laquelle nous allons positionner notre corps, nous allons compresser ou bien étirer « l’éponge ». D’autant plus si nous y ajoutons un mouvement pour amplifier la compression ou l’étirement. Par exemple, quand vous tournez votre thorax en gardant le bassin fixe, c’est à dire quand vous faite une torsion de la colonne, vous comprimez une partie des surrénales.

Le deuxième mode d’action direct est énergétique. D’abord en s’appuyant sur le modèle énergétique yogique à 7 centres principaux, chacun des centres est relié à une glande endocrine. Mais aussi en utilisant le principe simple de : « l’énergie va où la pensée va ! » ou bien encore en faisant le lien avec l’entretien du bon fonctionnement des méridiens.

Le troisième mode d’action est indirect, il s’agit de prendre soin du système nerveux. En pratiquant des exercices permettant d’éduquer notre système nerveux à revenir à son état d’équilibre rapidement et le plus souvent possible malgré le stress, nous permettons au système nerveux d’être le plus souvent possible en équilibre. Un système nerveux équilibré fait le terrain favorable pour que le système endocrinien ait les moyens de revenir de lui-même à l’équilibre.

On pourrait également ajouter un quatrième mode d’action indirect qui est celui d’un entretien de la souplesse, de la mobilité et du mouvement qui permet une meilleure circulation des liquides physiologiques. Ceci étant valable aussi au niveau de la tuyauterie énergétique.

Ce qu’il faut retenir : le stress déséquilibre nos hormones, affaiblit notre vitalité, notre immunité… Pratiquer régulièrement une activité qui fait baisser votre niveau de stress sera également bénéfique pour tous les autres systèmes de notre corps dont celui des hormones.

Au delà de ces différents types d’action sur les glandes, le yoga hormonal peut aussi intégrer des actions similaires sur certains organes tel le foie par exemple. Cela permet une prise en compte globale du fonctionnement du corps pour l’aider à retrouver l’équilibre.

Pour moi, le Yoga Hormonal est un yoga qui considère le système endocrinien et le système nerveux comme les 2 piliers fondamentaux de notre santé. A cette pratique, si vous ajoutez de la conscience dans votre alimentation … vous cultivez votre Vitalité !

3 – à quoi ressemble la pratique spécifique du Yoga Hormonal Thérapeutique ?

C’est un yoga où l’on trouve à la fois des exercices dynamiques et des exercices statiques de visualisation et relaxation. Il y a des postures dans lesquelles nous pratiquons des répétitions d’un mouvement particulier, des respirations puissantes et aussi des exercices très doux, des exercices de respiration spécifique.

Si vous connaissez l’univers du yoga, on pourrait dire que la pratique ressemble à du Hatha incluant la dynamique du Kundalini dans une partie des exercices et une coloration Nidra pour l’autre partie.

Dinah Rodrigues a conçu sa pratique comme une méthode avec une série type et des variations, adaptations possibles. Une séance va intégrer un échauffement, une série d’exercices spécifiques et un ou des exercices complémentaires de gestion du stress et des émotions. Cette structure est complète, elle permet des séances de 30 à 60 minutes qui développent la vitalité (sans empêcher de dormir bien au contraire!) et régulent le stress et permettent par un boost des hormones de gommer bon nombre de tracas.

A noter que le caractère dynamique de la pratique peut demander certaines adaptations suivant l’état de santé du pratiquant et qu’il y a quelques cas de contre-indications tel que la grossesse, l’endométriose de stade 3 et 4, les gros fibromes et les cancers hormono-dépendants. Ces contre-indications sont présentent à cause du caractère dynamique (boost) mais une pratique douce de yoga visant l’équilibre est alors tout à fait adaptée et bénéfique à ces cas précis.

4 – Quels bénéfices peut-on espérer du yoga hormonal version « boost » ?

Suite à ce que j’ai pu vous exposer plus haut, on comprend bien que cette pratique qui vient booster le système hormonal va à la fois permettre de gommer certains symptômes spécifiques dû à un déséquilibre endocrinien et aussi améliorer la Santé de manière globale.

Pour les désagréments spécifiques chez la femme, nous pouvons citer :

– les problèmes liés au cycle menstruel tels que :

Syndrome Pré-Menstruel (SPM) trop intense, Trouble Dysphorique Pré-Menstruel (TDPM)  lire à ce sujet l’article « 3 étapes pour arrêter d’être lunatique ou Comment se débarrasser du Trouble Dysphorique ? »

Cycles menstruels très longs, Aménorrhée,

Cycles menstruels très courts, spotting,  

Syndrome des Ovaires PolyKystiques (SOPK),  

Hypothyroïdie,  

Manque de libido, Déprime, yoyo émotionnel,  

– les difficultés à concevoir dû à une hypo-fertilité par manque d’œstrogènes et/ou de progestérone ou les cas dits « idiopathiques » par la médecine conventionnelle. Lire à ce propos l’article: « La Procréation Médicalement Assistée (PMA) est-elle toujours la solution en cas d’hypofertilité ? »

– les problèmes liés au passage à la ménopause et après tels que :

Bouffées de chaleur,

Manque de libido, Déprime, yoyo émotionnel, irritabilité,

Sommeil perturbé, Insomnies,

Sécheresse de la peau et des muqueuses,

Douleurs articulaires, syndrome du canal carpien

Hypothyroïdie,  

En remplacement du Traitement Hormonal Substitutif,

Ostéoporose (en prévention).

Au sujet de la ménopause, vous pouvez consulter les articles suivants: « Comment bien vivre son passage à la ménopause ? » et « Comment réveiller sa libido à 60 ans et plus … »

Chez l’homme, la pratique permet d’ :

– activer le métabolisme et de réactiver la production d’hormones en général

– augmenter la souplesse, entretenir les articulations, aider au maintien et à la prise de masse musculaire, augmenter la qualité du sperme, palier aux troubles de l’érection (petite pilule bleue yoga), globalement augmenter la vitalité et l’énergie, ce qui met à l’abri de bon nombre de maladies.

– améliorer l’état psychique par l’augmentation de Testostérone, cela gomme l’irritabilité, les insomnies, l’instabilité émotionnelle, cela augmente l’estime de soi et la positivité.

Pour les personnes diabétiques, de type II comme de type I (hé oui!), la pratique alliée à un chemin vers une alimentation plus consciente permet une amélioration de la régulation du taux de sucre dans le sang. Suivant le stade du diabète ou pré-diabète, la personne pourra revenir dans les normes voir diminuer ses doses d’insuline.

Et OUI ! Rien que tout ça !

Si cela vous a motivé pour pratiquer ce yoga, faites un tour du côté des cours en présentiel (proche Grenoble) ou des programmes en ligne que je propose sur ce site.

2 commentaires

  1. […] à son cycle. Si le déséquilibre est persistant, alors une pratique plus spécifique telle que le Yoga Hormonal et l‘accompagnement en Alimentation, Supplémentation et Santé environnementale peut […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *